Acupuncture et médecine traditionnelle chinoise (MTC)

Vieille de plusieurs millénaires, la médecine traditionnelle chinoise ne se concentre pas sur une seule partie du corps, mais plutôt sur les interrelations entre elles. Le corps est considéré comme un tout. Ainsi, le corps physique, psychologique et les facteurs environnementaux sont tous considérés comme indissociables pour l’évaluation de l’état de santé.

Deux autres différences importantes avec la tradition médicale occidentale est que la médecine chinoise a été élaborée à partir de l’observation de personnes vivantes (plutôt que de la dissection des morts), et elle est avant tout préventive plutôt que réactive. En effet, l’importance première est d’entretenir la santé et de prévenir les maladies. Ceci dit, elle permet aussi de soigner la plupart des problèmes de santé (qu’ils soient ponctuels ou chroniques). La médecine occidentale et la médecine chinoise sont élaborées à partir d’une méthode scientifique similaire d’observation, mais n’ont pas le même objet d’étude.

(cc) Marnie JoyceLes cinq pratiques principales de la Médecine traditionnelle chinoise sont l’acupuncture, la pharmacopée chinoise (herbes médicinales), la diététique chinoise, le massage Tui Na et les exercices énergétiques, soit le Qi Gong et le tai-chi.

Conformément à la tradition médicale chinoise, l’acupuncture est fondée sur une approche énergétique et holistique de l’individu. De très fines aiguilles sont insérées en surface de la peau à des points précis du corps afin de régulariser le « Qi », sorte de mouvement énergétique, qui circule dans le corps par les méridiens.

En tant que médecine alternative et complémentaire sous nos latitudes, car issue d’une autre tradition médicale que la nôtre, l’acupuncture peut être utilisée comme une alternative, ou plutôt comme un complément de la tradition médicale occidentale.

Afin de s’assurer de la qualité des acupuncteurs et assurer qu’ils suivent une formation continue tout au long de leurs années de pratiques, le titre d’acupuncteur est protégé depuis 1995 par l’Ordre des acupuncteurs du Québec. La pratique de l’acupuncture est ainsi surveillée et soumise aux dispositions du Code des professions, de la Loi sur l’acupuncture et de la réglementation qui en découle.

________________

Pour en savoir plus :